Bruno et Jacqueline Lepargneur

Publié le par Craponne à Venir

Bruno et Jacqueline Lepargneur

BRUNO ET JACQUELINE LEPARGNEUR, VICTIMES D’UN DRAME FAMILIAL

Ce lundi matin, 7 mars 2016, lorsque nous avons appris l’assassinat de Bruno et Jacqueline Lepargneur par arme à feu, une immense tristesse nous a envahi mais aussi un fort sentiment d’injustice et d’incompréhension. Un peu plus tard, leur fils Rémi était arrêté, mis en examen et en détention pour double meurtre. L’impensable était arrivé. Nous étions atterrés, comment expliquer ce geste insensé, révoltant, innommable.

Bruno et Jacqueline formaient un couple discret, installé de longue date à Craponne. Lui, de sensibilité de gauche, depuis toujours impliqué dans la vie politique et présent sur plusieurs listes lors des élections municipales.

A Craponne à Venir il avait occupé la fonction de secrétaire jusqu'en février 2015, date à laquelle, il avait décidé de prendre sa « retraite », compte-tenu de son état de santé. Mais il était resté membre de l’Association, toujours présent aux réunions, aux différentes rencontres qui étaient organisées.

Fidèle à ses convictions, soucieux de l’avenir, toujours inquiet pour ses enfants, pour son épouse, il se battait pour les siens avec énergie et volonté, manifestant un grand sens de la justice et de l’égalité.

Ingénieur, il avait travaillé dans un grand groupe industriel. Il avait gardé de cette expérience, un sens aigu de l’analyse, recherchant la précision, parfois pointilleux, un brin susceptible.

Bruno faisait preuve de gentillesse, de sérieux et surtout d’une intégrité sans faille.

Jacqueline, son épouse, artiste peintre était encore plus discrète. Elle avait contracté, dans sa jeunesse, une maladie grave qui lui avait laissé des séquelles et réduit sa mobilité. Elle aussi, s’est beaucoup battue pour conserver son autonomie, pour vivre. Elle avait toujours un sourire un peu triste, elle aimait faire plaisir, la bonté même.

Bruno, Jacqueline, qui aurait pu imaginer cette horrible et tragique fin pour vous, si calmes, si tranquilles, ne faisant jamais de vagues ?

Toutes nos pensées vont à Olivier, à Myriam, vos deux autres enfants, à vos familles, tous fortement éprouvés par cette folie meurtrière, bouleversant tous ceux qui vous connaissaient et vous aimaient.

Mise à jour du samedi 19 mars : Nous vous informons que les obsèques auront lieu le mardi 22 mars à 14h30 en l'église de Craponne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véronique Indélicato 20/03/2016 10:56

Bonjour,il est 1 souvenir qui me restera toujours ,celui de Bruno apportant La fameuse Tarte Tatin lors des tables citoyennes.
Je ne pourrai pas assister aux obsèques mardi mais je penserai très très fort à Bruno et jacqueline; et surtout à ceux qui restent dont je partage le chagrin

MEUNIER 19/03/2016 15:13

Nous sommes tous bouleversés par ce terrible drame

Je n'ai pu poster ce message avant car je ne réalisais pas qu'une telle chose puisse se produire

Bruno était une personne tres gentille et touchante aussi

Son épouse je ne le connaissais que de vue

Toutes mes pensées vont à leurs enfants et amis

Caroline Moréno 12/03/2016 19:33

Merci pour cet article très touchant, en hommage à Bruno et à son épouse.

C’est bien sûr avec une émotion profonde que nous avons appris ces décès tragiques.

J’ai pris le relais de Bruno dans sa fonction de secrétaire de l’association.

J’appréciais son dévouement et son souci de rigueur. Il avait une curiosité sans faille et un réel plaisir des mots. Il se délectait, très régulièrement, à ouvrir son dictionnaire pour le plaisir d’apprendre un nouveau mot.

Je n’ai vu Jacqueline que très rarement, mais il me restera d’elle sa recette de tarte Tatin. Un délice. Elle nous a fidèlement régalés avec, lors de nos tables citoyennes.

De tout cour avec leurs proches.

Bouterige Luce 12/03/2016 08:46

Nous sommes bouleversés par cette terrible nouvelle. Bruno et Jacqueline nous avaient reçus, avec ma famille, chez eux, avec une telle générosité, une telle envie de connaître l'autre, que nous ne pouvions imaginer une telle agression envers eux. Nous sommes de tout cœur avec leur famille et leurs amis dans cette peine immense.