Ouverture de classe : Victoire en demi-teinte pour les écoles

Publié le par Craponne à Venir

Les parents FCPE, accompagnés des directeurs de maternelle, des DDEN[1]  et des Joyeux Parents, ont lutté depuis le mois de mai pour l’ouverture de classe en maternelle qui était proposée par l’Académie qui avait déjà nommé une enseignante sur ce poste, Mais cette ouverture a été refusée par la Mairie de Craponne. Celle-ci avait même demandé une dérogation pour ne pas respecter les nouveaux seuils (passant de 33 à 31 élèves par classe de maternelle). L’opposition des parents et des DDEN avait été clairement exprimée en commission des Affaires Scolaires… sans aucun effet.

Demande de rendez-vous auprès du Maire… sans réponse, pétitions écrites et en ligne, banderoles, articles de presse,… les familles ont finalement forcé l’accès à Monsieur le Maire en imposant leur présence devant la Mairie le samedi 24 juin  (cf article blocage). La rencontre alors acceptée pour le lundi suivant permit à ces messieurs (M. le Maire, M. L’adjoint aux Affaires Scolaires et M. le DGS[2]) d’entendre raison et intérêt des enfants ! Un message fut aussitôt adressé à l’Académie, au moment-même de l’accord pour cette création de classe… décision malheureusement trop tardive car ce même lundi 26 juin  l’Inspecteur d’Académie confirmait l’annulation d’ouverture au cours du conseil Départemental de l ‘Education Nationale.

 

Lors de la réunion avec le Maire le 6 juillet, Mr le Maire a affirmé qu’il aurait connaissance de la décision de l’Académie fin aout et a assuré aux participants qu’un enseignant serait nommé avant la rentrée et que la classe fonctionnerait dès le jour de la rentrée, ce qui n’est pas le cas, compte-tenu des informations communiquées par l’Académie.

 

Conséquence : l’ouverture n’aura lieu qu’à la rentrée des classes, avec les risques pour les enfants concernés de changement d’enseignant peu après la rentrée,  la probabilité de deux enseignants stagiaires à mi-temps en formation  (PES) et non un titulaire… Il est toujours préférable d’anticiper et de pouvoir organiser une ouverture de classe dans de bonnes conditions.

Conclusion de l’histoire : Monsieur le Maire, la commission des Affaires Scolaires ne doit pas être un organe d’annonce de décisions mais de réelles consultations qui doivent être suivies d’effets. Nous aimerions aussi que vous écoutiez vos administrés chaque fois que cela est nécessaire et que notre démocratie locale soit participative…

 

[1] Délégués départementaux de l'Education Nationale

 

[2] Directeur Général des Services

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article