Rythmes scolaires

Publié le par Craponne à Venir

En trois  images, les messages les plus marquants de la conférence organisée par le FCPE de Craponne lundi 13 novembre, avec pour intervenant le Dr Hugues Desombres, pédopsychiatre à l’Hôpital Mère Enfant. Cette conférence entre dans le cadre de la concertation lancée par la Mairie avant la décision pour la rentrée de septembre 2018 : demande de dérogation à la loi du 8 juillet 2013 (Loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République) pour un retour à la semaine de 4 jours ou maintien des 4 jours ½ ?

Carte PISA 2015 de l'équité scolaire selon le milieu social

Les résultats de la dernière enquête PISA sont impitoyables : non seulement le niveau des Français de 15 ans est très moyen (et en constante dégradation depuis 2003) mais la France est particulièrement pointée du doigt en terme d’inégalités scolaires : les chances de réussite sont très nettement réduites par une origine sociale défavorisée, tout le contraire de l’ascenseur social…

Ces résultats sont en cohérence avec la problématique des 100 000 jeunes sortant chaque année du système scolaire sans diplôme.

Aucun doute, le système éducatif français doit déployer des efforts, notamment vis à vis des enfants de condition modeste.

Rythme circadien des performances de l'enfant

Les études menées par les désormais célèbres chrono-biologistes et chrono-psychologues (François Testu, Claire Leconte, Hubert Montagner,…) sont unanimes : l’attention  est meilleure le matin ; les enseignants l’ont d’ailleurs toujours su !

D’où le consensus (chercheurs/enseignants, droite/gauche) sur le bénéfice de cinq matinées d’enseignement pour les enfants. Les défenseurs du rythme à 4 jours n’osent pas toujours exprimer leurs arguments d’adultes, ou mettent en avant la préférence des enfants (depuis quand nos chers bambins savent instinctivement ce qui est bon pour eux ?…). A noter le petit plus à Craponne depuis 2014, les matinées ont été allongées, de 8h30 à 12h (sauf le mercredi matin 9h-12h).

Les besoins de sommeil selon l'âge

« Enfants fatigués ! » entendons-nous partout, que ce soit dans les médias ou de la bouche des parents… Mais comment dorment-ils ? Les chiffres sur la restriction de sommeil sont préoccupants (enfants, ados, adultes, nous sommes tous concernés !) ; or le pic de somnolence en cas de sommeil insuffisant survient le matin… au moment-même où la vigilance devrait être la meilleure !

Conclusion : si nous ne veillons pas au sommeil des enfants, la réforme tombe à plat. Enseignants, médecins, collectivités, médias, portons ce message !

Outre la restriction de sommeil, les temps de collectivité prolongés sont sûrement un facteur favorisant la fatigue, souvent retrouvés chez nos petits craponnois qui ont la possibilité de rester à l’école de 7h30 à 18h30.

Soyons inventifs ensemble pour trouver des solutions alternatives, telles qu’entraide entre parents, pédibus pour se rendre aux activités ou recours à une nounou (ASMAT) sur les temps périscolaires, au moins pour les moins de 6 ans qui bénéficient encore d’aides de la CAF pour les frais de garde (à domicile ou par une assistante maternelle,  http://www.caf.fr/allocataires/droits-et-prestations/s-informer-sur-les-aides/petite-enfance/le-complement-de-libre-choix-du-mode-de-garde).

Enfin, bien sûr l’Education Nationale devra mettre en place d’autres ajustements, tels que la réduction du trop long congé d’été, lui aussi clairement délétère aux apprentissages des enfants issus des  familles de plus bas niveau socio-économique.

A l’issue de cette conférence, tous les parents d’élèves sont invités par la Mairie à répondre à un questionnaire en ligne sur la formule qui leur semble la plus adaptée (4 jours 1/2 versus 4 jours, mercredi matin versus samedi, TAP tous les jours ou 2 fois 1h30 par semaine, schéma différent ou pas entre élémentaires et maternelles,…).

Au final, les collectivités sont  amenées à prendre des décisions qui iront soit dans le sens de moins d’inégalités scolaires et plus de cohésion sociale, soit en faveur des intérêts individuels d’enfants sans difficultés qui aimeraient faire de l’équitation, de la musique, du catéchisme ou rester tranquilles à la maison le mercredi  matin.

Question de hauteur…

 

* http://www.oecd.org/pisa-fr/ L’évaluation PISA (Programme for International Student Assessment = Programme international pour le suivi des acquis des élèves),

est organisée par l’OCDE tous les 3 ans dans 72 pays. Elle teste le niveau en lecture, en mathématique et en sciences des jeunes de 15 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article