Budget Primitif 2018

Publié le par Craponne à Venir

 

Pour rappel, le budget primitif fixe et autorise les opérations de recettes et de dépenses pour l'année civile

 

D’un point de vue comptable, le budget se présente en deux parties :

 

  • la section de fonctionnement retrace toutes les opérations de dépenses et de recettes nécessaires à la gestion courante des services de la collectivité (personnel, coût d’entretien, de maintenance, etc.). L’excédent de recettes par rapport aux dépenses, dégagé par la section de fonctionnement, est utilisé en priorité au remboursement du capital emprunté par la collectivité, le surplus constituant de l’autofinancement qui permettra d’abonder le financement des investissements prévus par la collectivité.
  • la section d’investissement présente les programmes d’investissements nouveaux ou en cours. Ces dépenses sont financées par les ressources propres de la collectivité, par des dotations et subventions et éventuellement par l’emprunt. La section d’investissement est par nature celle qui a vocation à modifier ou enrichir le patrimoine de la collectivité.

 

EXTRAITS DE L’INTERVENTION DES ELUS DE CRAPONNE A VENIR SUR LE BUDGET PRIMITIF 2018 
- Pour aller plus loin, vous trouverez également à la fin de cet article un document relatant l'intervention sur le Compte Administratif 2017 (Document intitulé "Compte administratif 2017" à ouvrir en bas de page)

 

Comme les années précédentes, nous constatons que le débat d’orientation budgétaire n’est pas très utile puisque le budget est bouclé avant le débat et n’est pas modifiable. Aussi, nous restons sur notre faim concernant un certain nombre de points évoqués lors de ce débat..

Quelques remarques concernant l’approche globale du BP 2018.

Grosso modo, le BP 2018 est une reconduction du BP 2017, prenant en compte les résultats du CA 2017, c’est ce que vous dites, très justement, Monsieur le Maire dans votre présentation.

Nous notons un excédent fort, déjà prévu à plus de 2 millions d’euros et qui devrait atteindre, comme les autres années, un montant supérieur qui abreuvera la section investissement et augmentera la capacité d’autofinancement de la commune déjà très important puisque tournant autour de 25/30% du budget de fonctionnement suivant les années, bien au-delà des besoins comme le dit la Cour Régionale des Comptes, alors que la moyenne des communes de la même strate s’étale autour des 12/15%.

Comme nous l’avons déjà dit, nous comprenons que l’autofinancement permet de réaliser des investissements et de préparer l’avenir mais il ne doit pas se faire au détriment de la qualité des services.

Nous allons poursuivre par les aspects positifs du BP 2018.

Ceux-ci sont principalement liés au budget investissement qui a vu et prévoit encore des investissements forts dans les écoles publiques dont la dernière phase de mise en place des outils numériques dans les classes élémentaires, l’extension et la mise en sécurité de la cour de l’école de la Gatolière (qui n’est pas un luxe), Cette année, place au sport et ce n’est pas pour nous déplaire. La salle Olympie va enfin être équipée d’un vestiaire et de salles sportives supplémentaires qui devraient permettre le développement de cet équipement, la rénovation et extension de la salle de gymnastique ce qui n’est pas non plus un luxe mais permettra, nous l’espérons, de conserver cette activité sur notre commune.

 

Cependant, le transfert de l’école de musique, n’est toujours pas à l’ordre du jour des investissements pour cette année. Nous pouvons le regretter en espérant toutefois que ce délai supplémentaire permettra de travailler encore plus efficacement sur cet important projet afin de lui donner toute l’envergure qu’il mérite.

Concernant le budget investissement, nous aurions aimé trouver la programmation des opérations par année de réalisation avec les couts engagés par année et les modes de financement, comme préconisé par la Cour Régionale des Comptes. Cette présentation permettrait de prévoir les besoins financiers de manière plus transparente. De plus, les futurs projets, comme vous l’avez annoncé, étant financés uniquement par l’autofinancement et le prêt de 1,5 million d’euros, il devrait être aisé d’établir la programmation des opérations jusqu’à la fin du mandat.

En termes de fonctionnement, seulement 97 % des recettes sont prévues par rapport au Compte Administratif 2017 donc une légère baisse qui sera certainement compensée en cours d’année. Concernant les dépenses réelles de fonctionnement, elles sont estimées à 105% des dépenses réalisée en 2017, donc en légère hausse, bien entendu en excluant les 2 093 176 € prévus en termes d’excédent. Mais quel crédit pouvons-nous accorder à ces données en termes de dépenses qui peuvent varier jusqu’à moins 33 % comme constaté lors de la présentation du CA 2017.

Pourtant, il serait logique que les dépenses augmentent en cohérence avec l’augmentation de la population et la création de nouveaux équipements communaux (comme les classes, les équipements sportifs par exemple). Et même si nous parvenons à grappiller ça et là quelques économies, l’augmentation des besoins entrainent obligatoirement l’augmentation des dépenses, c’est mathématique...

Nous savons bien que les budgets ne pas extensibles, mais, lorsque l’on connaît la réalité des finances craponnoises et que l’on sait que les besoins, même d’un cout très modeste, qui pourraient améliorer le quotidien ne sont pas satisfaits ou demandent une énergie considérable pour obtenir gain de cause, cela est regrettable.

D’autre part, il est à noter que certaines réflexions sont actuellement engagées mais aucun moyen financier n’apparaît au budget. Cela veut-il dire qu’il faudra attendre le budget 2019 pour mettre en place les préconisations qui risquent de sortir par exemple, de l’enquête concernant le bien être au travail du personnel, de la réflexion sur la délinquance?

En conclusion, il est certain que nous soutenons et que nous soutiendrons toujours les projets d’investissement qui participent à l’évolution de notre commune et au bien être de ses habitants mais, Monsieur le Maire, n’oublions pas que le budget engagé en termes de fonctionnement participe également au développement et à la notoriété de la commune.

Nous citerons, par exemple, l’investissement réalisé pour le projet culturel qui a abouti, et c’est vous qui vous en êtes enorgueilli, à bon escient, d’ailleurs, à l’amélioration de la vie culturelle de Craponne et au développement de ses équipements.

Mais, ces propos, Monsieur le Maire, nous les avons déjà tenus maint et maint fois, et dernièrement lors du débat d’orientation budgétaire mais, aucune de nos propositions n’a été annexées au budget 2018, même les plus modestes, et pourtant ces propositions ne sont pas extravagantes mais responsables et pertinentes pour l’avenir et la notoriété de notre commune.

Aussi, Monsieur le Maire, nous nous abstiendrons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article