26 mai : Votons pour une Europe humaine, sociale et environnementale

Publié le par Craponne à Venir

L’Union européenne traverse une crise. Les relations entre les états se tendent, les mouvements populistes et nationalistes gagnent du terrain, l’euroscepticisme est le fer de lance de nombreux partis qui se battent pour les prochaines élections européennes afin de mieux miner l’Europe de l’intérieur.

Pourtant, l’Europe est une nécessité, une évidence même dans le contexte géopolitique d’aujourd’hui, mais il faut la transformer, lui redonner du sens, la mettre au service de ses 512 millions d’habitants ; passer d’une Europe néolibérale à une Europe sociale et environnementale.

L’Europe est une nécessité pour principalement trois raisons :

  • Le premier objectif de l’Europe a été de mettre en place un espace de paix et de stabilité à la sortie de la deuxième guerre mondiale, Près de 70 ans après, force est de constater que les différents états européens ont été épargnés par la guerre. Cet objectif d’avoir une Europe pacifique reste toujours d’actualité.
  • Faire face aux géants mondiaux. La France, qui ne représente que 1 % de la population mondiale, ne peut affronter seule la Chine, les États-Unis, la Russie, … Seule l’Europe, qui est le 2° PIB du monde, peut faire le poids.
  • Conduire l’indispensable lutte contre le réchauffement climatique et la transition écologique. Seul le niveau européen peut nous permettre de conduire à bien ce grand projet.

La « nouvelle Europe » qu’il faut inventer

Mais, l’Europe que nous connaissons, ne peut nous satisfaire. Il faut délaisser la politique néolibérale actuelle au profit d’une Union européenne sociale et environnementale qui devra :

  • Harmoniser les politiques sociales et fiscales,
  • Lancer un grand projet « Plan Climat ». La transition écologique doit être le nouveau moteur de l’Europe.
  • Réorienter la Politique Agricole Commune (PAC) pour qu’elle serve non plus les grandes exploitations mais une agroécologie qui protège les sols, les écosystèmes et la biodiversité.
  • Créer une Europe de l’énergie, avec comme objectif d’accélérer le développement des énergies renouvelables pour atteindre 100 % de celles-ci en 2050.
  • Mettre en place une politique industrielle, de recherche et d’innovation.
  • Mettre en place un protectionnisme social et environnemental pour accéder au marché de l’UE. Les importations doivent respecter les normes de l’UE pour garantir la sécurité des citoyens, le marché du travail et l’environnement.
  • Créer un Haut-Commissariat européen aux réfugiés, pour garantir un accueil digne des migrants tout le long de leur parcours en Europe. L’Union européenne a un devoir d’humanité. Nous ne pouvons pas continuer à détourner la tête.

La prochaine échéance électorale visant à renouveler le parlement européen est fondamentale, car nous avons besoin de députés qui vont de battre pour une Europe sociale et environnementale.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un nouveau clivage entre « nationalistes » et « europhiles » ; nous sommes passé de « l’espace de paix », premier objectif de l’Europe à une Europe pour la « protection de la civilisation européenne ». Le repli sur soi n’a jamais été une solution. Nous avons besoin d’une Europe humaine. Mobilisons-nous le 26 mai prochain.

 

Jacques VESCO

 

  • Pour vous remettre en mémoire ce qu’est l’Union européenne, son histoire, ses institutions, son fonctionnement, ses domaines d’interventions, cliquez sur le lien suivant.

     

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article