Compte rendu du Conseil municipal du 25 10 2008

Publié le par Françoise Pelorce

Le compte rendu officiel du conseil municipal du 25 10 08 est maintenant disponible sur le site de la Mairie : CR 25 10 08.

 

Ce compte rendu n’a pas pris en compte certaines modifications, demandées par ‘Craponne à Venir’, qui pourtant correspondaient à des propos tenus pendant le conseil !

On peut se demander pourquoi … Ces propos engageraient-ils trop la majorité municipale ?

 

Vous trouverez ci-dessous, deux exemples de positions prises en conseil, avec en rouge les précisions que la majorité souhaite peut être oublier très vite : l’un concerne la prise en compte des besoins sociaux dans le budget, l’autre le Centre de Loisirs ; ce ne sont pas des détails.

 

 

Prise en compte des besoins sociaux dans le budget :

 

Madame VALLON précise que la commune est membre du Syndicat des personnes âgées des

cantons de Vaugneray et de Tassin (SIPAG) et que donc, qu’à ce titre, il revient à ce dernier de

mener les actions envers les personnes âgées. Le SIPAG perçoit d’ailleurs 4,32 euros par

habitant sur Craponne. Le maintien à domicile est une action menée par le SIPAG au travers d’un

lieu d’écoute où les personnes ont à leur disposition un médecin et un psychologue. Il est à noter

que le SIPAG réfléchit pour l’avenir aux actions nouvelles à mener, il souhaiterait, d’ailleurs,

l’instauration d’une garde itinérante pour les personnes âgées. Le CCAS (centre communal

d’action sociale) envisage également de son côté des pistes de réflexion.

Madame PELORCE demande si cette analyse sera terminée pour le prochain budget. Elle regrette que cela ne soit pas présenté dans les orientations budgétaires. L’analyse des besoins sociaux sera réalisée en 2009 mais ne sera pas prête pour 2009.

Madame VALLON précise que le passeport jeunesse sera réparti en fonction du quotient familial. Décision approuvée par Madame PELORCE qui rappelle sa demande  du paiement au quotient familial pour le restaurant scolaire et la garderie.

 

Le Centre de Loisirs

 

Monsieur le Maire prend la parole et déclare :

« Je souhaite, à nouveau, comme je l’ai fait devant vous lors du conseil municipal du 4 juillet

dernier, apporter des précisions et retracer un bref historique du contexte de ce dossier

technique, qui malheureusement à mon grand regret, est de tout évidence devenu politique.

Dans une première phase, au début du mandat précédent, soit en 2001, nous avons souhaité

développer la politique de la petite enfance ce qui répondait à un besoin croissant de la

population. La Maison de l’Enfance Albert VIDAL a donc vu le jour, elle a permis le regroupement

de la crèche familiale, du relais d’assistantes maternelles et la création de la crèche collective.

La gestion de la structure a été externalisée au travers d’une délégation de service public. Les

services offerts par le gestionnaire sont aujourd’hui reconnus par le plus grand nombre comme

étant de qualité ; après deux ans de fonctionnement, parents, personnel et dirigeants sont

satisfaits.

Depuis plus de deux ans maintenant, parents et enseignants nous ont sollicités à plusieurs

reprises afin que la capacité du centre aéré soit augmentée et qu’il se fasse dans un lieu autre

que les écoles.

Une seconde phase a donc été engagée dès le début de ce mandat avec la décision de construire sur le même site que la Maison VIDAL un accueil de loisirs (dénomination de la CAF en remplacement de celle de CLSH – centre de loisirs sans hébergement).

En toute logique, nous souhaitons donc déléguer à un tiers la gestion de ce nouvel équipement ;

nous aurons plusieurs avantages : mise en concurrence indispensable, très grande transparence et respect du principe de gestion cohérente.

Nous avons fait le choix du modulaire pour la construction de ce nouvel espace dédié à la

jeunesse.

Ce choix, raisonné, permet de répondre à plusieurs préoccupations :

  • un délai de réalisation plus rapide qu’une construction traditionnelle
  • un coût inférieur à la construction traditionnelle.
  • garantie de confort et de sécurité
  • souplesse en termes d’agrandissement ou de réduction de parties des locaux.

Je réitère mes propos tenus le 4 juillet dernier : « Contrairement à ce qui a pu être dit et

entendu, cette décision n’est pas destinée à vouloir « tuer » le Centre Social comme certains le

pensent et le disent, mais permettra de poursuivre la logique de nos politiques de la petite

enfance et de la jeunesse. Si le Centre Social ne peut participer à l’appel d’offres, il devra de

manière évidente revoir son organisation et se recentrer sur son corps de mission sociale, nous

avons déjà fait savoir à sa présidente que nous l’aiderions sur le sujet ».

Un comité de pilotage tripartite s’est réuni hier, vendredi, afin d’étudier les bases d’une nouvelle

convention.

Le Centre Social et Culturel a renouvelé son projet social, avec la CAF, pour une période d’un an.

Il nous avait paru naturel, en toute transparence, d’avertir les différents partenaires et en

particulier la CAF, partenaire majeur, sur les modifications que pouvait engendrer notre volonté

de gestion déléguée ».

Quelque soit le résultat, le personnel du CLSH est protégé et sera repris dans la nouvelle structure.

Madame Pelorce précise qu’il ne faut pas faire l’amalgame entre les locaux et la gestion du CLSH.

Le CSC fonctionne bien, alors pourquoi lancer cet appel d’offres ?

Monsieur le Maire répond qu’il veut un même gestionnaire sur un même lieu et affirme qu’il  veut

laisser la gestion de la halte garderie au CSC sauf si le CSC lui demande de rapatrier la halte garderie sur le Centre Albert Vidal.

Il rappelle la transparence de l’appel d’offres et précise que Craponne à venir est présent dans la commission.

Madame PELORCE précise que quelque soit l’association dans le cas du CSC, le soutien des élus de la liste « Craponne à venir » aurait été le même.

Henri ROBERT rappelle le rôle et l’investissement des bénévoles dans l’action du CSC depuis 26 ans.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article