CONSEIL MUNICIPAL DU 22 MARS 2013

Publié le par Craponne à Venir

Mairie.JPG

INTERVENTION DE FRANCOISE PELORCE LORS DU VOTE DU COMPTE ADMINISTRATIF

 

Ce compte administratif, est un bilan comptable. Nous aurions souhaité qu’il soit complété par une analyse de gestion financière qui nous apporterait plus de lisibilité sur l’aspect financier de vos choix politiques.  

                                                                                                                                                              

En effet comment évaluer ce compte administratif? Simplement sur ses soldes de gestion ou bien sur la bonne réalisation, en coût, en temps et en qualité des choix définis lors du débat d’orientation budgétaire? Les deux approches nous semblent complémentaires.

 

Aussi, nous nous sommes attachés à effectuer le rapprochement entre le Budget Supplémentaire et le Compte Administratif ce qui permet de voir si les prévisions budgétaires annoncées en BP complétées par le BS ont été ou non réalisées et tout cela en cohérence avec le Débat d’Orientation Budgétaire.

 

Et nous nous sommes aussi penchés sur l’évolution des recettes et des dépenses entre l’exercice 2011 et l’exercice 2012. Les dépenses réelles de fonctionnement ont augmenté de plus de 4,7 % et les recettes de 4,6 %. Un résultat plutôt rassurant, compte tenu qu’entre 2008 et 2011, les dépenses de fonctionnement de notre commune avaient diminué de près de 16 % et les recettes de 4,4 %. En effet,  il est logique que lorsque la population augmente, les besoins augmentent ainsi que les dépenses si l’on veut au minimum maintenir la même qualité de services aux Craponnois.

 

En ce qui concerne l’analyse du Compte Administratif 2012 au regard du Budget Primitif et du Budget Supplémentaire, nous constatons, encore une fois des écarts importants entre le BS voté en Juin et le CA arrêté en décembre. Pourquoi, après 24 ans de gestion communale, ne parvenez-vous toujours pas à présenter un BS plus proche de la réalité ? Pourquoi systématiquement surestimer les dépenses et sous-estimer les recettes ?

 

Cette année, Monsieur le Maire, nous nous retrouvons avec un excédent de dépenses de fonctionnement de 1 555 810 € soit un écart de 22, 7 % entre le prévisionnel et le réalisé. Et pour les recettes de fonctionnement, l’écart est de plus de 10,25 % soit un excédent de recettes de 882 759 €. Au total, un excédent de 2 438 569 € pour 2012 et plus de

3 300 000 € en excédent cumulé.

 

Mais, comment réaliser des économies sans avoir répondu aux besoins essentiels de tous et pas forcément à tous les besoins exprimés. Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, loin de là. Cependant, je prendrai juste un petit exemple, autour de cette table, lequel d’entre nous pense que lorsque les enfants ont faim, les parents mettent leur argent à la Caisse d’Epargne ?

 

Et bien, c’est un peu ce qui se passe dans notre commune. Ici, tout est toujours trop cher parce que votre priorité c’est de dégager de l’autofinancement. Quelques exemples dont certains seront développés au cours de ce Conseil Municipal

 

-          Trop chère la prise en charge des classes vertes nommées d’ailleurs aujourd’hui classes transplantées,

-          Trop cher les aides et les secours d’urgence au CCAS distribuées au compte-gouttes

-          Trop chère la mise en accessibilité des bâtiments publics qui est certes réalisée mais par « petits bouts » de 100 000 € / an

-          Trop chère la mise en place de la loi Sarkozy concernant l’abattement de 10 % sur la base des impôts locaux,

-          Trop risqué et trop compliqué le micro-crédit, procédure que nous vous avions aussi proposé permettant à des personnes en difficultés passagères de ne pas plonger dans la spirale de pauvreté..

-          Trop chère et trop compliquée la mise en place de la réforme des rythmes scolaires…mais nous allons en reparler.

-          Trop cher aussi le Festival de la voix annoncé dans le DOB et qui n’a pas été mis en place ?

-          Nous pourrions citer encore d’autres exemples plus classiques comme le quotient familial pour la cantine, l’élargissement du Pass loisir pour les enfants Craponnois pratiquant des activités hors Craponne, le chèque restaurant pour le personnel…

 

-          Trop cher, trop cher tout ce qui ne se voit pas…mais jamais trop cher tout ce qui se voit…

 

En matière de soutien à l’emploi, en particulier des Jeunes, même si l’embauche d’un jeune en contrat d’avenir sur notre commune est positif et a fait « la une » du Progrès. Pensez-vous honnêtement qu’il n’est pas possible de faire un peu plus ?

 

En matière de développement durable, quels sont les projets concrets ? Quels sont les financements prévus, réalisés ? Et nous pourrions poser la même question pour le scolaire, pour l’urbanisme etc…

 

Vous comprendrez que, pour nous, vos objectifs et vos résultats manquent de visibilité et nous le regrettons vivement pour les Craponnois.

 

Nous savons déjà que vous allez être sourd à notre argumentation au lieu de nous écouter et de chercher ensemble les meilleures solutions possibles pour les Craponnois.

 

C’est vrai qu’en termes d’investissement vous tenez vos engagements, vous les dépassez même pour répondre aux urgences telles que la construction du restaurant scolaire et de la salle d’évolution de la Gatolière. Pourtant, dans ce cas précis, les Parents d’élèves et nous élus de l’opposition, nous vous avions alerté depuis presque deux ans de l’augmentation prévisible du nombre d’élèves scolarisables engendrant un besoin supplémentaire de classes.  Anticiper n’est-ce pas gouverner ?

 

Il est vrai que, pour vous, Monsieur le Maire, l’investissement est votre priorité même s’il doit être réalisé au détriment de la qualité de services et de vie de nos concitoyens. Il vous faut à tout prix dégager du cash. Et là, rien n’est trop cher…

Dans un tel contexte, le toujours plus, c’est bien vous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article