MAL LOGEMENT EN FRANCE

Publié le par Craponne à Venir

Participation a la présentation du rapport de la fondation Abbé Pierre


 

Comme chaque année,la Fondation Abbé Pierre a présenté son rapport sur le mal logement.

Pour la région Rhône-Alpes, la présentation a eu lieu jeudi 8 mars 2012. Nous étions présents.

 

Un constat alarmant.


Les chiffres du chômage, bien qu’un peu inférieurs à la moyenne nationale sur notre région (8,3 %) stagnent. Toutes les catégories socio-professionnelles sont  touchées.

De plus en plus de personnes sont dépendantes des minimas sociaux et n’ont pour seules ressources que les aides de la CAF. Selon la MRIE (mission régionale pour l’information sur l’exclusion), le nombre de bénéficiaires du RSA a augmenté dans notre région de 5,9 % en 2010, plus de 6% pour le Rhône.

Les départements urbains (Rhône, Isère et Loire) connaissent une augmentation de plus de 2,4% de dépôts des dossiers de surendettement avec peu de capacités de remboursement. Les données de la Banque de France indiquent que le surendettement touche plus largement les locataires (80%) soumis aux augmentations de  loyers qui s’ajoutent aux charges : eau, gaz, électricité etc…et impôts locaux.

Si 10 % des ménages surendettés sont  propriétaires, 66 % d’entre eux le sont à cause des prêts immobiliers contractés depuis moins de 5 ans.

 

Une offre insuffisante de logements sociaux

 

Dans ce contexte, la demande de logements sociaux s’accroît alors que les financements de l’état baissent. Pour l’année 2011, la dotation financière de l’état s’élève à 43,54 M€ soit une baisse de 30% par rapport à 2010 pour notre région.

Le désengagement de l’Etat se traduit par une baisse de 10% des objectifs de production des logements sociaux (14 030 en 2011 au lieu de 15 500 en 2010).

Seuls les constructions de PLS* sont en augmentation mais les conditions d’accès et les loyers de ces logements en excluent les ménages disposant de revenus faibles ou précaires. Le principal avantage des PLS* est de ne pas  recevoir d’aide de l’Etat et d’être comptabilisés dans les 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU.

Les PLUS* destinés aux ménages disposant de revenus moyens connaissent une diminution de 15 % . Quant au nombre de PLAI (pour les ménages les plus démunis), il reste constant et se maintient pour la région Rhône-Alpes au niveau relativement élevé de 23 % de la production globale. Mais, malgré ce bon taux de production, l’offre reste nettement insuffisante puisque plus de 75% des demandeurs de logements sociaux en Rhône-Alpes sont éligibles au PLAI.

 

* PLAI : Logements en prêt locatif aidé d'intégration / * PLUS : Logements en prêt locatif à usage social / * PLS    : Logements en prêt locatif social  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article