REPENSONS LA MAISON DE RETRAITE

Publié le par Craponne à Venir

blog 014

  La France vieillit, notre commune aussi…les maisons de retraite se multiplient, accueillant les personnes âgées comme il y a 30 ans. Et si certaines structures proposent quelques activités, l’ouverture sur l’extérieur reste encore trop marginale. Le manque de stimulation favorise la dégénérescence et nous constatons  souvent, avec tristesse, qu’une personne âgée entrée en pleine possession de ses moyens se dégrade au lieu de retrouver un nouvel espace de vie.


Aujourd’hui, les personnes qui entrent en maison de retraite ont changé. Elles ont évolué plus rapidement que les structures et leurs attentes sont différentes. Généralement, plus âgées mais plus dynamiques, elles recherchent la sécurité, le moyen de rompre un isolement souvent pesant, être libéré de tâches qu’elles ne sont plus capables d’assumer seule.

Aussi, il est grand temps de penser et de mettre en place la nouvelle maison de retraite répondant aux nouvelles aspirations et financièrement accessible à tous.


Dans les années 2000, des réalisations innovantes, basées sur l’intergénérationnel ont vu le jour. Expérimentales à cette époque, elles ont maintenant fait leur preuve.

*En banlieue dijonnaise, la résidence Générations a été construite en 2002. Véritable îlot intergénérationnel, cette résidence intègre des logements sociaux réservés à des personnes âgées et à des couples avec enfants ainsi que des structures de garde pour les plus jeunes et des lieux de vie pour malades et handicapés. L’architecture favorise la mixité sociale et les programmes d’animation de la résidence sont sources d’échanges.

*A Toulon, une maison d’accueil multiservices et intergénérationnelle réunit sous un même toit crèche, accueil de jour pour seniors et espace multi-activités pour tous. Sa mission est triple : offrir des places de crèches aux familles les plus démunies, accueillir les personnes âgées isolées et accompagner vers l’emploi des personnels en  voie de professionnalisation. De plus, ce lieu d’accueil intergénérationnel réserve 50 % de ses emplois à des personnes en insertion préparant un CAP petite enfance.


Ces structures sont encore peu développées en France. Pourtant, elles permettent de rompre la « ghettoïsation » des maisons de retraite en faisant renaître le goût à la vie des personnes âgées et ces expériences sur lesquelles nous avons maintenant du recul le montrent bien.

Alors pour notre territoire de l’Ouest Lyonnais qui risque, à terme de voir fleurir les maisons de retraite compte tenu de la composition de sa population, soyons créatifs et innovants.

 

 

* Extrait ‘Les nouvelles de l’Ircantec’  Février 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article