VOEUX de 'CRAPONNE à VENIR' ... SUITE

Publié le par Craponne à Venir

INTERVENTION de LUCE BOUTERIGE

 

 

Bonsoir à tous,

 

43 ans, 2 enfants, je suis mariée et j’habite à Craponne depuis 9 ans. J’étais auparavant en Auvergne. Je suis actuellement commerçante indépendante à Lyon, et mon parcours professionnel précédent était dans la communication, notamment en service public, Plus particulièrement j’ai été pendant 5 ans responsable de communication dans la mairie d’une ville de 20 000 habitants. J’ai côtoyé ainsi la vie politique au sens noble, et j’ai beaucoup appris.

 

A Craponne, je me suis engagée très vite à la FCPE pour les valeurs d’égalité et de laïcité qu’elle défend à l’école.

J’ai par ailleurs mis en place sur les 3 écoles publiques les Pédibus. C’est là d’ailleurs que j’ai pu mesurer les limites de l’équipe municipale de l’époque, qui est sensiblement la même qu’aujourd’hui.

 

Je suis engagée dans ce mandat  dans 4 commissions :

 

Je passerai rapidement sur celle des marchés forains. Non qu’elle ne soit pas importante, mais parce que c’est celle qui revêt le moins d’enjeu, si ce n’est de veiller au respect du règlement du marché et, pour ce qui me concerne, de pousser pour que l’on privilégie les producteurs locaux, ce qui en général est entendu.

 

La commission commerce et artisanat en revanche est plus cocasse. C’est une réunion où la municipalité se demande depuis 3 ans ce que l’on pourrait bien faire… Nous avons proposé de faire des rencontres avec tous les professionnels de notre ville, autour d’un thème formateur baptisés les Them’Pro. Ceci afin de permettre aux commerçants, artisans et industriels de se rencontrer, éventuellement de travailler plus en réseau. L’idée a été retenue, mais à minima c'est-à-dire avec une fréquence insuffisante pour permettre de créer des liens, et surtout sans réelle animation.

Tout récemment, alors que cette commission était réunie pour dire qu’elle était définitivement inutile du point de vue de la mairie, nous avons fait une autre proposition au sujet de la communication des professionnels. L’idée a été retenue. Bref, la mairie n’a pas d’idée, alors que la vie économique aurait besoin de sérieux coups de pouce.

 

La commission communication. Vaste programme ! Mettre en musique la propagande organisée du maire, personnifier l’action municipale et permettre à chaque citoyen de se faire une haute opinion de l’homme qui tient les rênes de la ville...

11 personnes corrigent les fautes d’orthographe de quelques pages seulement du bulletin municipal. Henri Robert et moi-même essayons de relever un peu le débat mais rien n’y fait. Entre nous, nous l’appelons la commission Bescherelle

En revanche, n’ayant pas pu obtenir par la voie classique l’application de la loi sur l’expression des groupes politiques, c’est le Préfet qui a dû intervenir pour que notre groupe puisse s’exprimer dans les 2 périodiques de la mairie. Une toute petite place qui a donné l’envie au maire d’agrandir son éditorial pour l’occasion !

Nous préconisons de participer au choix des thèmes de l’affichage routier qui a été installé récemment, nous avions d’ailleurs été contre ce dispositif polluant visuellement les rues. Choisir les thèmes, c’est fait par le cabinet du maire. Rien à retoucher donc.

Nous souhaitons participer à l’élaboration du budget. Là, sujet sensible… Par exemple, le coût de l’opération «  Bilan de mi-mandat » qui est inclus dans le budget de communication. CChhhuuuttt ! Nous le saurons, mais après coup, quand aucun arbitrage ne sera plus possible.

 

La commission qui est en réalité la plus préoccupante parmi celles auxquelles je participe, c’est la commission des affaires scolaires. Face à cet enjeu primordial qu’est l’éducation des enfants, on sent un profond mépris pour les enfants eux-mêmes, leurs parents, les enseignants et les intervenants de l’école.

Il serait très long de lister ici toutes les promesses non tenues sur les équipements, les rénovations de locaux qui sont pourtant plus que nécessaires, et les décisions attendues sur l’équité et même la sécurité. J’en parlerai avec vous ensuite au moment des discussions libres si vous le souhaitez. Pour autant, sachez que nous nous battons pour que les locaux soient entretenus. Cela vous parait sans doute curieux mais dans chaque école, de lourds travaux sont en attentes depuis des années. Et toujours reportés.

Nous voulons que l’équipement informatique des élèves et des enseignants soit au niveau requis pour que les élèves reçoivent l’enseignement de base prévu par les programmes. Dans deux écoles, c’est l’OCCE, c'est-à-dire l’argent normalement dédié aux manuels scolaires, à la papeterie ou aux sorties, qui a financé l’achat d’ordinateurs. La mairie ne voulait pas investir alors que c’est dans ses attributions de base. Est-il normal d’en arriver là ?

Nous souhaitons que la restauration scolaire soit soumise au quotient familial depuis plusieurs années. Le refus systématique d’ouvrir le dossier est inexplicable sauf par paresse ou par démagogie. Pensez que les riches pourraient peut-être retirer leurs enfants de la cantine si cela devenait inabordable pour eux ! Cela voudrait dire qu’ils auraient le choix, alors que les titulaires du Smic qui vont travailler, eux, n’ont pas d’autre choix que d’inscrire leurs enfants à la cantine.

Enfin, un autre combat porte sur l’avenir de l’école à Craponne. La population augmente et aucune anticipation n’est faite en termes de locaux. Dans très peu de temps, les écoles seront trop petites. Il faut construire des classes, nous en avons la place, J’ai abordé cette question de façon concrète en commission, mais c’est le silence total

 

Le chantier est vaste, sur la jeunesse en général d’ailleurs. Mais ce qui me frappe le plus dans la gestion cette ville, c’est que cette équipe ne semble pas voir ce qui se passe autour. En France, 1 personne sur 10 seulement vit là où elle a grandi. A Craponne, c’est sans doute le cas aussi. Nous sommes 9 sur 10 à avoir vu comment les autres villes étaient gérées, comment elles étaient équipées, comment elles étaient animées. A contribution égale, c'est-à-dire à impôts ou tarifs équivalents,  il y a des villes qui se débrouillent bien mieux que Craponne et qui respectent mieux leurs citoyens.

Je reste engagée pour vous, tout comme Henri Robert à qui je passe la parole.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lionel Pelorce 24/03/2012 20:58


Nous avons appris que le service de communication de la Mairie n'avait pas été renforcé. Nous vous présentons nos excuses pour cette erreur, et nous retirons de l'article la phrase suivante:
'Remarquez d’ailleurs que des emplois ont été créés à la cellule communication de la mairie. C’est un signe. La majorité a
encore des choses à nous dire.'